menu
terrence
savane
sabba
eve
Dreamland - Logo
25 Juin 2014
Interview avant sortie tome 14
Reno Lemaire, quand avez-vous su que vous vouliez devenir auteur de bandes dessinées ?

J'ai décidé très tôt que je voulais faire de la BD. J'ai réalisé ma première bande dessinée à 7 ans en CE1. Inventer une histoire, faire parler des personnages qu'on a imaginé, les faire évoluer dans pleins d'aventures différentes, avec seulement un crayon à papier et des feuilles, j'ai trouvé cela grisant, excellent, obsédant, vital !


Comment vous êtes vous formé au dessin ?

Influencé par mes lectures du moment, de mes 7 ans à 25 ans j'ai du réaliser plus de 350 bandes dessinées, des ersatz de Tintin, Scrameustache, le Petit Spirou, Asterix, Manu, Le Roi Lion ect… A l'adolescence, avec le manga, mes BD sont devenues des séries, une série avec des loups super sayen qui se bastonnent, il y avait plus de 150 chapitres de 12 pages environs. Dragon Ball, Fly (Dragon Quest) Bastard, Saint Seiya, Gunnm ont été mes inspirations du moment…

A 17 ans j'ai commencé une série qui m'a suivi jusqu'à 20 ans, un record pour moi de dessiner pendant 3 ans les mêmes héros, 85 chapitres à peu près, avec le recul cette BD est clairement la grande sœur de Dreamland, les éléments réalité et imaginaire sont là, l'histoire se passe dans ma ville de Montpellier, beaucoup de personnages sont communs etc…


Quel a été votre parcours ?

Je dessinais le soir chez moi en rentrant des cours, le week end etc. Je n'ai pas de cursus artistique, une scolarité médiocre, un bac gestion compta pour faire plaisir à maman, pas de cour de dessin, ni de fanzine. Je dessinais toujours tout seul pour moi et faisais rarement lire aux autres.

Passé le bac, à la fac d'art, j'ai rencontré plein d'autres dessineux. C'est assez essentiel de rencontrer d'autres passionnés, qui ont eu des parcours différents du votre, cela m'a permis de me situer, d'évaluer mon niveau, j'étais loin d'être le plus technique, j'ignorais ce qu'était l'encrage, la colorisation, la perspective, les volumes etc… du moins je n'associais pas ces mots à des techniques, je le faisais instinctivement.

Avoir fait plus de 2000 pages de bande dessinée à 22 ans, cela aide au niveau de la rapidité d'exécution. Le story board est devenu tellement naturel pour moi, que le dessin est juste une finalité pour raconter mes histoires.

Mon prof de cours de BD (en option) à la fac, Bruno Canard, m'a dit de me casser de là (la fac, son histoire de l'art, ses partiels qui ne servent à rien et ses cours que l'on sèche facilement) et de me lancer dans la bande dessinée, on était en 2002.

Avec Salim, mon binôme, rencontré sur les bancs de cette fac, on a tenté l'aventure, dossier et éditeurs, avec un projet béton qui est toujours en stand by pour nous.

Monter un dossier pro à deux cela prend du temps et ce n'est pas le même plaisir de création… Dreamland est né de là, le soir quand je rentrais de chez salim après avoir bossé (encrage, narration etc.) pour notre dossier, j'avais ce besoin vital de faire des pages, des héros, des aventures, pour moi, pour mon plaisir, sans se prendre la tête.

Dreamland était né.

D'un simple mail aux éditeurs sans réelle envie de signer Dreamland, me voila propulsé dans le monde de la BD, et particulièrement du manga a la française, aventure rarement tentée avant sous cette forme dans notre pays.

C'était en 2004, je suis arrivé au bon moment, quand PIKA avec Pierre Valls sentait arriver la suprématie japonaise, et leurs futures exigences pour les licences à venir: il voulait avoir ses propres licences à exploiter.

Tout est parti de là. Bien sûr, le potentiel de Dreamland était séduisant aussi.


Comment est organisé votre studio et quelle est votre routine quotidienne de travail ?

Je n'ai pas de studio, je travaille dans mon salon, 7 jours sur 7. Ma journée « classique »: j'attaque à 9h30 – 10h, je mange un petit truc à 13h-14h, j'enchaine jusqu'à 21h, je reprends à 23h après le repas du soir jusqu'à 2h, 3h du matin.

En période de rush je pousse jusqu'à 6h du matin pour me lever à 11h. Le temps nous manque quand on fait du manga, alors j'essaie de grappiller des heures sur mon temps de sommeil quand c'est nécessaire, mais en moyenne ce sont des journées de 13h intenses, 15h voir plus en rush. Les tomes de Dreamland font plus de 215 pages, dont 8 en couleurs…


Quel type de matériel utilisez vous pour dessiner ?

J'utilise des pages au formats B4 bristol, un crayon HB tout simple pour mes crayonnés; j'encre directement dessus à la plume G et à l'encre de chine, je scanne et je trame à l'ordinateur. Quand vient le moment de coloriser je peux utiliser soit l'ordinateur, soit les techniques traditionnelles: aquarelle, feutre, dont les fameux COPIC…


Comment avez-vous découvert les feutres à alcool COPIC ?

J'ai découvert ces feutres en mattant les artbooks des artistes que j'affectionne, souvent à la fin on voit quelques clichés de comment ils ont réalisé la couverture de l'artbook etc… et je me demandais qu'elle était cette marque de feutre avec cette forme en pinceau et ces couleurs flashy. Lors de mon voyage au Japon en 2008 j'ai ramené du matos, dont un set de 72 COPIC SKETCH.


Comment les utilisez-vous?

Ils me servent à faire mes couvertures de tomes et des illustrations, ils tiennent encore bon, mais quelques teintes comme celles pour faire la peau sont quasiment vides. J'aime les COPIC SKETCH et leur mine pinceau car on a une bonne sensation et une bonne prise en main, pour un rendu des dégradés et des mélanges génial.


Comment comparez vous le travail au marqueur à alcool par rapport au numérique? Pourquoi utiliser l'un plus que l'autre ?

Il n'y a pas a comparer, ce sont des techniques différentes, pour des rendus différents avec des sensations différentes. Tout dépend de l'envie, et du plaisir sur le moment, l'ordinateur et les COPIC peuvent aussi être complémentaire. Pour moi coloriser aux feutres est un gain de temps, on a moins de « filet de securité » (touche « control Z ») ce qui vous oblige à y aller franco, d'aller à l'essentiel, et puis les odeurs, le toucher, le contact direct avec la feuille est un kiff pour moi. L'ordinateur est pratique et donne une infinité de possibilité en rendu, mais c'est un outil long à maitriser.


Est-il nécessaire de connaître les deux types d'outils ?

Dans l'absolu, il est nécessaire de tout connaitre ou du moins d'être curieux, mais cela ne se limite pas qu'à ces deux procédés, il y a tellement d'autres trucs à tester. Tout maitriser est impossible, avoir conscience que ces outils existent est déjà un grand pas. C'est enrichissant et cela permet de ne pas plafonner.


Parmi tous vos projets, lequel a été le plus difficile, lequel a été le plus satisfaisant ?

Aucun n'est difficile, aucun n'est satisfaisant. C'est du pur plaisir au moment de la créa, quand vient le temps du recul on se dit que cela aurait été mieux comme ça, puis au final, non car de toute façon il faut avancer, il y a pleins de pages à faire.


Quels conseils donneriez-vous à un jeune artiste qui souhaite démarrer dans ce métier?

Je n'ai pas de conseils à donner en particulier, il est important de forger ses propres voies et ses propres envies, internet permet de ne plus être tout seul chez soi isolé du monde, servez-vous en !


Quels sont vos projets futurs ?

Il y en a tellement… que je ne vais pas beaucoup dormir ses dix prochaines années !



Merci à Manga Ink et Reno Lemaire.





http://copic.fr/2014/06/15/interview-de-reno-lemaire-mangaka-francais/